Fin du congé maternité : et si vous quittiez votre boss ?

Date de publication : 02/02/2016 à 10:23

La fin de votre congé maternité approche et vous ne vous sentez pas de quitter votre bébé ? Et si, d’un coup de baguette magique, vous changiez de vie professionnelle ?

fin-du-conge-maternite-et-si-vous-quittiez-votre-boss

La fin de votre congé maternité approche et vous ne vous sentez pas de quitter votre bébé ? Avouez : vous seriez prête à migrer en Suède pour avoir un congé parental plus long que le bras de votre boss. En fait, vous ne savez pas trop si vous voulez être mère au foyer. Ce dont vous êtes certaine, en revanche, c’est que vous n’êtes pas prête à redevenir salariée à temps plein chez Stressmoi&co. Et si, d’un coup de baguette magique, vous changiez de vie professionnelle ?

 

"Mon cher patron, je pars.
Je vous aime mais je pars.
Je viens d’avoir un enfant, au revoir."

 

"Je" est une autre

Vous vous êtes totalement redécouverte durant ces quelques mois avec bébé. Pour vous, la vie, ce n’est plus métro-boulot-dodo ni une course à l’augmentation et un poste senior à tout prix. La vie, c’est aussi ici et maintenant. Avec bébé. D’ailleurs, vos canines de louve carriériste s’émoussent chaque fois que pousse une nouvelle dent de lait dans la bouche de votre enfant. N’est-ce pas un signe ?                                                                                                                 

 

"Je" est plus forte

"Quand on est enceinte, on est plus forte, déclare Céline qui occupe aujourd’hui un poste plus en adéquation avec sa vie de maman. C'est sûrement dû aux supers pouvoirs de notre bébé (un futur Clark Kent ?) qui m’ont permis de me débarrasser de ma kryptonite de boss."

Quitter son boss, son boulot, c’est (presque) aussi redoutable que de plonger en apnée dans la maternité mais, face à bébé, votre boss Jean-Claude ne fait pas le poids. Car vous sentez maintenant palpiter l’âme d’une walkyrie sous votre soutien-gorge d’allaitement. C’est donc le moment d’écraser toutes vos peurs et de vous demander quel avenir professionnel correspondrait le mieux à la « nouvelle vous ». Tant pis pour votre boss !

 

"Je" change tout !

Quitter son job, rester à la maison, travailler à mi-temps, changer d’orientation, se mettre à son compte… Ca ressemble à un début de slogan publicitaire. En fait, ce sont les choix qui s’étalent devant vous pendant que vous regardez votre bébé gigoter sur son tapis d’éveil. Oui, avoir un enfant, c’est aussi s’éveiller, laisser ses rêves d’enfant refaire surface. Marjorie avait débuté une école d’art avant de bifurquer vers l’économie. Après la naissance de sa première fille, elle s’est remise à dessiner. Aujourd’hui, elle s’occupe de ses quatre enfants et illustre des guides pratiques.

 

Ou presque…

Vous aimiez votre job mais pas la pression ? Rien ne vous empêche de faire valoir vos qualités et votre expérience en postulant dans une autre entreprise ou de développer votre activité en indépendante en devenant consultant. Est-ce pour autant facile de se lancer dans l’entreprenariat ?

 

Le choix des priorités

« En freelance, la liberté est parfois trompeuse, constate Marjorie. Si on se lance, ce doit être avant tout par passion. » Et aussi pour décider vous-même de votre vie car, après la naissance de bébé, le président, c’est maman. Et oui. Certes, il y a des avantages familiaux quand on se lance dans une activité indépendante (aller chercher les enfants à l’école, regarder toute une saison de My Little Pony avec vos filles quand elles sont malades sans devoir poser de jour de congé, encourager votre fils durant le cross inter-écoles) mais il y a aussi des contraintes. La première est financière. Si le statut d’auto-entrepreneur facilite la vie de beaucoup de mamans qui n’auraient pas osé, autrement, se lancer dans l’entreprenariat, il n’en reste pas moins qu’elles gagnent généralement moins bien leur vie (les premières années, du moins) qu’à l’époque où elles étaient salariées. C’est donc un choix qui implique aussi le papa. La seconde, c’est le temps, l’ennemi numéro juré de toutes les mamans. Et peut-être bien un peu aussi le regard des autres…

 

Maman travaille, le guide

Le livre qui aide à dé-cul-pa-bi-li-ser !
6,99€
ACHETER

 

 

"Je" est entrepreneur (mais ce n’est pas écrit sur son front)

Fanny est conceptrice-rédactrice. Son bureau, c’est son canapé. Malgré le moelleux de ses coussins, elle travaille dur et regrette de ne pas toujours être considérée par les autres femmes actives. « Lors du dernier goûter d’anniversaire auquel j’ai accompagné ma fille, raconte Fanny, une maman salariée d’une grosse entreprise m’a demandé ce que je faisais dans la vie. Je lui ai expliqué mon métier. Elle m’a répondu « Ah donc, tu ne travaille pas. » J’étais furax. En tant que conceptrice-rédactrice, je ne compte pas mes heures. Je peux, c’est vrai, aller chercher mes enfants à l’école la plupart du temps mais je peux aussi travailler jusqu’à 3h du matin pendant une semaine avant de rendre un gros projet et tout recommencer durant le week-end si le client n’est pas satisfait. »

Pour autant, changerait-elle de vie ? « Jamais. Maintenant que je suis mon propre chef, je ne voudrais plus retravailler pour un patron qui ne comprend même pas qu’on ait besoin de passer une échographie quand on attend un enfant. »

 

 

Publier un commentaire

Haut de page