Mon accouchement idéal

Date de publication : 03/05/2016 à 15:05

Qui n’a pas, en tête, l’image d’un accouchement idéal ? Cela peut rassurer de poser un cadre, surtout lors d’une première grossesse.

mon-accouchement-ideal

Qui n’a pas, en tête, l’image d’un accouchement idéal ? Musique, ambiance, position… Les futures mamans n’osent pas toujours parler de ce qu’elles désirent pour le jour J. Pourtant, c’est important. Cela peut rassurer de poser un cadre, surtout lors d’une première grossesse.

 

 

L’accouchement parfait

Quand une grossesse est idyllique (oui, il y en a !), on se voit faire plein de promesses enivrées à Mère Nature, jurant que de la péridurale on n’usera point et qu’à l’enfant qui va naître on n’offrira que notre sein. On relit les livres sur la maternité de Bernadette De Gasquet. On est bien, si bien que, pour un peu, on accoucherait à la maison. Pourquoi ne pas accoucher à la maison, d’ailleurs ? C’est qu’il y en a des choix, maintenant, pour accoucher ! Chez soi, dans l’eau, à la maternité, sans péridurale, avec péridurale… Certaines futures mamans envisagent même une césarienne de confort.

 

Accouchement, la méthode de Gasquet

Pour aborder sereinement l'accouchement et profiter pleinement de ce moment. A lire absolument !
12,90€
ACHETER

L'accouchement à domicile

Accoucher chez soi, c’est possible si la grossesse se déroule sans accroc. Le tout, c’est d’être bien préparé et entouré de personnel qualifié (sage-femme, doula).

Petit conseil : Préparez quand même votre valise et celle de bébé en cas de complications.

 

L'accouchement dans l'eau

Pourquoi pas ? Il faut simplement savoir qu’il y a peu de centres dans lesquels l’accouchement dans l’eau est possible. Dans certaines maternités, vous pouvez avoir accès à une baignoire de confort mais vous devrez sortir du bain quand il s’agira d'entrer en phase de travail.

 

Maternités habilitées à pratiquer un accouchement dans l'eau, en France : 

 

A qui s'adresser ?

N'hésitez pas à parler de vos envies à votre sage-femme qui saura vous conseiller lors de votre préparation à la grossesse.

Caroline en témoigne : « j’ai fait une préparation à la naissance classique. Je pensais faire un accouchement classique mais ma belle-sœur m’a offert le livre de Bernadette de Gasquet en fin de grossesse et j’ai découvert des positions inédites qui permettaient de soulager les contractions et accoucher naturellement. J’avais terriblement envie d’essayer mais j’avais peur qu’on me rit au nez à la maternité. C’est mon mari qui en a parlé aux sages-femmes pendant mes contractions.

Toutes les sages-femmes présentes dans la salle connaissaient le travail de Bernadette de Gasquet ! L’une est revenue avec un ballon, une autre avec sa propre édition de « Bien-être et accouchement ». Finalement, j’ai pu accoucher comme je le voulais et personne n’a trouvé cela étrange. »

 

Pouvez-vous changer d'avis ?

Evidemment, vous avez le droit de changer d’avis en cours de route.

"Après ma 1ère grossesse, qui était (avouons-le) le Bêta test, raconte Clara, je me suis dis que j'aimerai quelque chose d'un peu plus "personnel" pour mon 2ème accouchement : Comme je savais que j'allais (encore) ressembler à une baleine échouée, autant jouer la thématique à fond et accoucher... dans l'eau. Qui dit accouchement dans l'eau, dit "sans péridurale". Mais je m'y étais préparée, c'était clairement ce que je voulais. Coûte que coûte. Sauf qu'après 14h de souffrance et d'épuisement... la baleine est allée s'échouer sur la table d'accouchement, une péridurale dans le dos."

 

Les facéties de Dame Nature

Il faut aussi accepter l’idée que la nature peut, parfois, contrarier vos projets les plus beaux…

« Après 8 séances d’haptonomie, j’étais sûre que ma fille et moi allions faire un accouchement du tonnerre, rapide, naturel. J’étais pleine d’assurance, raconte Sophie. Au bout de quatre heures, la sage-femme s’est aventurée du côté du col. Au fur et à mesure de la palpation, son visage a changé d’expression. Elle sentait le nez et la joue du bébé. Ma fille était coincée. Pire, ses paupières se tuméfiaient et son rythme cardiaque devenait irrégulier. Aussitôt, j’ai été propulsée dans une salle d’opération. Ma fille est finalement née par césarienne. Il m’a fallu quelques semaines pour l’accepter mais, au fond, le principal, c’était que ma fille était vivante et en bonne santé. »
 

Osez parler de vos désirs d’accouchement, sans perdre de vue l’objectif : votre santé et celle de votre bébé !

 

Pour aller plus loin

"Accouchement, la méthode de Gasquet" par Bernadette de Gasquet (Ed. Marabout)

 

 

 

Publier un commentaire

Haut de page