Nos conseils pour annoncer votre grossesse à votre boss

Date de publication : 23/09/2015 à 15:44

Trois jours que vous répétez devant votre miroir. « Cher Jean-Claude, il faut que je vous dise un petit truc… tout petit mais il va grandir…»

nos-conseils-pour-annoncer-votre-grossesse-a-votre-boss

Trois jours que vous répétez devant votre miroir. « Cher Jean-Claude, il faut que je vous dise un petit truc… tout petit mais il va grandir…» Si la plupart des magazines titrent régulièrement « comment annoncer votre grossesse au futur papa », peu font une couv’ avec « comment annoncer à mon boss que je suis en cloque ». A croire qu’ils n’ont jamais bossé pour Jean-Claude…

 

Dois-je annoncer ma grossesse à mon boss ?

Vous vous demandez si le petit bout qui commence son stage dans votre bidon sera le bienvenu dans l’entreprise ?  Il faut dire que des phrases genre « surtout pas de pondeuse dans mon équipe ! », vous en avez entendu des belles…

Légalement, rien ne vous pousse à annoncer votre grossesse à votre patron mais vos allers-retours aux toilettes vont finir par paraître suspects. Même Jean-Claude, le boss, a remarqué que vous irradiez de bonne humeur et que vous ne buviez plus de café. Il vaudrait peut-être mieux lui faire l’annonce avant qu’un collègue peu discret ne s’en charge.

 

Comment ?

En théorie, une lettre recommandée avec accusé de réception est… tout ce qu’il y a de plus recommandé. Dans votre courrier, vous devrez préciser la date présumée de votre accouchement et vos dates de congés maternité. Une attestation de votre médecin serait également bienvenue. (Si vous êtes au chômage, vous devez déclarer votre grossesse à Paul l’Emploi)

En pratique, une petite annonce non officielle juste avant ne fait pas de mal.  Elle donnera l’impression à Jean-Claude d’être dans la confidence, lui qui aime tant se sentir proche de ses employés…

 

Où et quand ?

C’est vous qui voyez mais évitez quand même de lui sauter dessus pendant qu’il fait sa blague sur le golfeur japonais à un nouvel investisseur.

Ne lui dîtes pas « Je suis désolée mais j’ai… » Stoooop ! Quoi ? Vous êtes désolée d’avoir conçu un enfant avec Jules ? Mais non, vous n’êtes pas désolée, vous êtes enceinte. Vous n’avez commis aucune faute professionnelle. C’est un choix, un choix que beaucoup de femmes actives font sans pour autant mettre à mal toute l’organisation de l’entreprise.

 

Des avantages

Pourquoi hésiter ? A la fin de votre 3e mois de grossesse, vous pouvez bénéficier de droits dus à votre situation. Quitter une réunion barbante en plein milieu parce que vous avez rendez-vous avec votre médecin ? Vous pouvez. Partir faire une échographie pendant que tout le monde cherche le stylo fétiche que Jean-Claude a égaré ? Vous pouvez aussi. Sortir tranquillement du bureau à 18h pendant que Jean-Claude hurle en menaçant son équipe des pires représailles si le budget Machin n’est pas bouclé ? Vous pouvez également (même qu’on vous le conseille si de la fumée commence à sortir de ses oreilles).

Si ça, ça ne vous donne pas envie de lui annoncer votre grossesse…

 

Des protections

Jean-Claude est un terrible macho ? Vous avez rêvé que la petite stagiaire allait prendre votre poste dès que vous aurez le dos tourné ? Respirez. La loi protège votre bidon. Votre employeur ne peut pas vous licencier dès le moment où vous lui annoncez votre grossesse (sauf si vous commettez une faute grave et, on le répète, être enceinte n’est pas une faute professionnelle) Quant à la stagiaire qui n’en peut plus de vous sourire et de vous couver anormalement d’attention, rappelez lui (après avoir accepté ses croissants) qu’à votre retour vous retrouverez votre poste (ou un poste équivalent).

 

Quelles annonces ?

Question annonce, il vaut mieux faire simple et sobre. Ne dîtes pas à Jean-Claude que vous êtes désolée, que vous allez bosser deux fois plus d’ici votre congé (il risque de vous prendre au mot). Ne lui montrez pas trop non plus que vous êtes hyper ravie à l’idée de ne plus le voir pendant quelques mois. Evitez également de lui laisser croire que vous n’êtes plus capable de penser à autre chose que votre bébé. Votre annonce doit garder un ton professionnel.


Bien sûr, si vous n’avez peur de rien, vous pouvez toujours, à vos risques et périls, lui délivrer un message du genre…

 

Cher Jean-Claude, je suis enceinte. Comme vous me refusiez une augmentation, j’ai fait l’amour avec Jules. Des chercheurs auraient démontré que le plaisir qu’on retire de l’orgasme est équivalent à celui que l’on ressentirait si vous nous offriez une augmentation de salaire de 130%. Autant dire que j’en ai parlé du côté de la machine à café et beaucoup de filles pensent elles aussi faire un bébé très bientôt. Voici donc mes dates de congé.

Ne faîtes pas la tronche, JC. Il parait qu’on relativise la douleur une fois qu’on a accouché. Il y a des chances pour que, à mon retour, j’arrive enfin à vous supporter… sans péridurale.


Et vous, vous l'avez annoncé (ou comptez l'annoncer) comment à votre boss ?

 

Publier un commentaire

PaulineMumToBe

PaulineMumToBe

Publié le 13/10/2015 à 11:39

Je pense que le mieux est de rester simple et surtout de ne pas culpabilisé :) Bon après ça dépend du boss en face ! Personnellement je suis restée simple, et surtout, en effet il ne faut pas culpabilisé ! Du moment qu'on reste efficace et professionnelle dans son travail !

Haut de page