Se sentir femme après l'accouchement

Date de publication : 06/07/2016 à 8:03

Est-il encore possible de se sentir femme après une grossesse ? Ovidie, auteur de Osez être une maman sexy, nous invite au "body-positivisme".

se-sentir-femme-apres-laccouchement

Renouer avec la femme qui se sommeille en soi après neuf mois de grossesse n'est pas toujours facile. Il faut se remettre de son accouchement, accepter son nouveau corps, retrouver une contraception alors qu'on découvre à peine les joies et aléas de la maternité. Est-il encore possible de se sentir femme après une grossesse ? Ovidie, auteur de Osez être une maman sexy, nous invite au "body-positivisme".

 

 

Ovidie, 9 ans après Osez l'amour pendant la grossesse, vous revenez avec Osez être une maman sexy. Pourquoi avoir ressenti le besoin d'écrire ce nouveau livre ?

Si on considère que Osez être une maman sexy est un peu la suite, la version "service après-vente" de Osez l'amour pendant la grossesse, on peut se demander pourquoi tout ce temps. La raison est que je ne voulais pas proposer un énième guide qui puisse être source d'injonctions.

Je ne me voyais pas faire le jeu de cette gigantesque imposture qui consiste à donner des conseils intenables pour retrouver son corps d'antan, être tout le temps sexuellement à bloc, et donner des leçons pour faire des pipes d'enfer au nouveau papa.

Et puis je me suis dit que j'allais m'éloigner de la promesse initiale du guide pour en faire un livre plus humain et surtout plus proche de la réalité : celles de mères qui ont parfois des doutes, qui ont des coups de mou, mais qui peuvent aussi profiter de cette étape de leur vie pour mieux s'aimer, reprendre confiance, et découvrir une nouvelle forme de sexualité. Je pense que le fait d'avoir connu moi-même ces difficultés et de les avoir dépassées rend ce texte plus crédible et finalement plus légitime.

 

Osez être une maman sexy

Forte de son expérience de maman, Ovidie tient d'abord à rassurer les femmes : ni la maternité ni la sexualité ne doivent être soumises à des idéaux de performances.
8.10€
ACHETER

 

Ce nouveau corps qui se dessine après la grossesse, comment l'aimer ? Y arrivez-vous tous les matins ?

Personnellement, avec les années, j'y arrive de plus en plus alors qu'il me semble que je vis dans une société qui ne m'encourage pas à l'aimer pleinement. Je suis entourée de messages qui me persuadent qu'il y a toujours quelque chose à améliorer dans mon poids, ma pilosité, mon odeur, ma peau, mes pieds, mes cheveux, mes mains... Cela étant, je suis de plus en plus bienveillante à mon égard et, dans mon cas, la maternité m'a aidée.

C'est un sentiment assez paradoxal. D'un côté, la modification corporelle m'a fait perdre quelques temps confiance en ma capacité de séduction. D'un autre, j'ai regardé avec admiration mon ventre pousser durant neuf mois et je me considère comme une super héroïne depuis que j'ai fabriqué la vie dans mon utérus magique. Je me suis auto-impressionnée le jour de mon premier accouchement ! J'ai découvert que mon corps avait des capacités inouïes dont je ne reviens toujours pas.

 

 

Comment expliquer qu'il est, par certains côtés, plus sexy qu'avant ?

Je pense que la clé est d'admettre que le corps n'est plus exactement le même. Parfois il n'a d'ailleurs pas énormément changé, il peut même être plus beau. Faire de la résistance ne sert à rien, pleurer sur le passé non plus, il ne nous reste qu'à l'aimer au présent. Je ne sais pas s'il est objectivement "plus sexy qu'avant". Une chose est sure, je l'aime plus qu'avant et cela doit s'en ressentir dans mon comportement sexuel. Car, très honnêtement, le fait que notre peau soit plus ou moins ferme tout le monde s'en fout, ce qui compte c'est notre attitude. Il faut s'apprécier soi-même pour que les autres puissent nous apprécier. Avant de songer à séduire l'autre à tout prix, il faut pouvoir se regarder dans une glace et se dire qu'on se baiserait bien soi-même. 

 

 

N'est-il pas encourageant de savoir qu'une femme peut retrouver la maîtrise de ses courbes après une grossesse, comme Beyoncé qui a perdu 30Kgs en un temps record après son accouchement ?

Si elle a perdu 30kg, grand bien lui fasse, elle fait ce qu'elle veut de son corps. Par contre, je remets en question le fait qu'on puisse la brandir comme modèle sur ce point et qu'on puisse se dire "Ah ben regardez, Beyoncé a fait disparaître tous ses stigmates de grossesse en quelques semaines, pourquoi pas moi ?". C'est dangereux, intenable, et culpabilisant. Il s'agit d'un cas à des milliards de kilomètres de la réalité économique, familiale, et culturelle que vivent 99,99999% des mamans. Quand tu es une superstar, Beyoncé ou une autre, ton image est ton capital et tu te dois de l'entretenir. Après l'accouchement, tu as les moyens d'avoir au quotidien un coach, un cuisinier, un chirurgien esthétique, un kiné pour te masser la couenne, une nounou qui te garde ton bébé pour que tu fasses tes 4h de fitness...

Généralement la plupart des mères évoluent dans un contexte économique où, au lieu de faire du footing sur la plage de Santa Monica, elles doivent tôt ou tard retourner bosser 8h par jour et jongler avec les horaires de crèche, ce qui laisse relativement peu de temps pour se tailler un corps de star. Quand on est mère d'un enfant en bas âge, on se met dans un premier temps en mode "survie", ce n'est pas le moment de s'infliger des objectifs intenables. Regarder les photos des nanas millionnaires en se disant "ben merde je ne ressemble pas à ça" est plus destructeur qu'autre chose. 

 

 

Parlez nous du militantisme "body-positif"...

Disons que le militantisme body-positif consiste déjà, dans un premier lieu, à justement ne pas se comparer à ces photos et images idéalisées de ce que doit être un corps féminin. Une des clés de ce militantisme est ce que l'on appelle l'empowerment, un terme bien délicat à traduire en français. L'empowerment se définit par un sentiment de plus grand contrôle sur sa vie et de réappropriation de son propre corps. Il s'agit d'un terme cher aux militantes féministes Outre-Atlantique.

Comme je le disais à propos de l'"utérus magique", la maternité peut être source d'empowerment, et la sexualité aussi. Nous ne devons pas nous focaliser uniquement sur l'apparence de notre corps et le regard approbateur ou non du reste de la société, mais plutôt sur ce que notre corps vit et ressent. Au lieu de nous gâcher la vie à perdre deux kilos que nous sommes les seules à remarquer, nous devrions plutôt  remercier notre corps pour tout ce qu'il est en capacité de faire. Il peut bouger, respirer, danser, nager, fabriquer des bébés, et même jouir. Mon corps me tient en vie, il fonctionne bien pour le moment, il m'envoie des signaux quand je ne m'occupe pas assez bien de lui. Personnellement j'ai décidé de l'aimer et de le faire jouir, et j'encourage toutes les femmes à faire de même. 

 

 

Osez l'amour pendant la grossesse

Trimestre par trimestre, Ovidie passe enrevue les différentes étapes physiologiques de la grossesse et divulgue conseils et réponses à toutes vos questions.
8.10€
ACHETER

Publier un commentaire

Haut de page