Stérilité : nos conseils pour gérer au mieux le diagnostic

Date de publication : 13/01/2016 à 14:58

Vous avez fait le poirier des jours durant pour favoriser votre ovulation. Vous avez emmené Jules faire l’amour dans les thermes de la fertilité...

sterilite-nos-conseils-pour-gerer-au-mieux-le-diagnostic

Vous avez fait le poirier des jours durant pour favoriser votre ovulation. Vous avez emmené Jules faire l’amour dans les thermes de la fertilité aux confins du monde. Vous avez mangé des sauterelles, des huîtres, du chocolat cru. Mieux : des sauterelles fourrées aux huîtres et enrobées de chocolat cru ! Entre deux séances d’hypnose devant TF1, votre médecin vous a finalement appelés et le diagnostic est tombé. Vous êtes stérile(s).

 

Oups !

Jules et vous, vous vous regardez dans les yeux. Vous sentez comme une boule monter de concert dans vos gosiers. Vous redoutiez ce mot. Maintenant, il trouve écho dans votre réalité. Il va vous falloir prendre le temps de le digérer.

 

Le diagnostic

Le diagnostic se pose en absence de grossesse au bout d’un an à deux ans de rapports réguliers avec son partenaire.

On parle d’ « infertilité » quand le couple a des difficultés à concevoir et de « stérilité » quand il ne peut malheureusement pas concevoir. Pour établir cette différence, il faut faire un bilan avec votre médecin.

 

Ce qui change

Votre course au bébé était si effrénée que vous en aviez oublié de faire l’amour parce que… vous en aviez envie. Vous vous questionniez tant que vous ne dormiez plus. Maintenant que le diagnostic est posé, une partie de vos méninges va elle aussi pouvoir se poser. Ensemble, vous allez pouvoir réfléchir à ce que vous désirez le plus.

 

L’image de soi

Difficile de ne pas se remettre en question. Difficile également de ne pas remettre son couple en question. La stérilité implique de regarder sa vie autrement et de repenser son couple. Ah si seulement la vie était un long fleuve tranquille… Attendez une seconde ! Ce n’est pas plutôt pour faire les 400 coups que vous aviez flashé sur Jules en premier lieu ? Que vous décidiez de faire appel à la médecine pour vous aider à concevoir ou que vous désiriez adopter, vous savez qu’il est toujours partant pour de nouvelles aventures à vos côtés. Et c’est ce qui vous rendra incroyablement forte face aux aléas de la vie.

 

La vie ne s’arrête pas pour autant

S’il s’avère que vous êtes stérile, vous n’êtes coupable de rien (si ce n’est d’avoir forcé Jules à manger des sauterelles fourrées aux huîtres). Beaucoup de femmes sont mères sans avoir pu donner la vie naturellement. Vous êtes toujours aussi belle, aussi riche d’amour et des solutions se présentent à vous pour vous permettre de laisser libre cours à cet amour.

 

Jules se sent coupable…

Même chose pour Jules. Entre la procréation médicalement assistée et l’adoption, la paternité ne vous est pas impossible mais vous aurez intérêt à réviser vos classiques en matière de zénitude (nous entendons par là, bien sûr, Star Wars et Kung Fu Panda) car vous risquez de passer par différentes phases telles que l’impatience et le découragement. Tout ceci est normal. La seule phase à bannir ? La culpabilité. Vous n’y êtes pour rien et Juliette a choisi de faire sa vie avec vous pour bien d’autres raisons que simplement faire un enfant (et si vous vous dressiez la liste de tout ce que vous adorez l’un chez l’autre ?)

 

Comment en parler ?

La stérilité n’est pas contagieuse. Et non, ce n’est pas à vous de réconforter votre mère si elle fond en larme à l’idée de ne pas avoir pleins de mini-elle qui rampent partout (au moins un point qui soulage Jules…).

Si vous avez peur de ne plus avoir de vie intime en en parlant à vos amis (Sasha risque de vous appeler 15 fois par jour pour savoir si vous n’êtes pas en train de pleurer, Justine va en profiter pour vous refourguer le Christmas pudding de sa mère comme lot de consolation, Eric va courir faire examiner ses testicules chez son médecin et risque d’en parler à Jules pendant 10 jours...), tournez-vous vers un psychothérapeute. La parole et l’écoute sont deux ingrédients essentiels à cette nouvelle étape dans votre vie de couple.

 

Comment ne pas en parler ?

Ne mentez pas à vos proches pour autant. S’ils vous aiment, ils vont s’inquiéter pour vous. Si vous leur faites croire que vous êtes tristes parce que vous avez vu un dalmatien se faire écraser sur la route ce matin, vous risquez de vous retrouver avec 101 chiots tachetés dans votre salon pour votre prochain anniversaire. Et vous, ce n’est pas un chien que vous voulez, c’est un bébé !

 

De nouveaux projets

Que vous envisagiez une FIV ou une adoption, votre couple ne doit pas rester focalisé sur ce désir d’enfant 24/24. Vous n’êtes pas une machine à bébé ? Qu’à cela ne tienne, lancez-vous avec Jules dans des projets qui vous amuseront et vous souderont. L’important, c’est le sentiment de rapprochement, de vie et d’accomplissement.

 

 

Publier un commentaire

Haut de page