Tout savoir sur le baby blues du papa

Date de publication : 07/10/2015 à 14:54

Qu’on se le dise. Les mamans n’ont pas le monopole du baby blues. Y a des papas aussi...

tout-savoir-sur-le-baby-blues-du-papa

Qu’on se le dise. Les mamans n’ont pas le monopole du baby blues. Y a des papas aussi. Si vous vous mettez, chaque soir, à sortir votre guitare et jouer un Crossroads Blues à la Robert Johnson pour ne pas entendre bébé pleurer dans les bras de Juliette, c’est peut-être que vous commencez à faire une petite déprime (tout en ayant d’excellents goûts musicaux !). Pas de panique ! Maman est là pour adoucir vos nuits sans avoir à embarquer pour la Nouvelle-Orléans.

 

Le Baby Blues

Impossible pour vous de vous occuper de bébé ? Vous vous sentez déprimé ? Si le baby blues touche beaucoup de mamans dans les jours qui suivent l’accouchement, il ne laisse pas forcément le papa indemne.

 

Le blues des papas

Qu’on se le dise, la naissance est un choc. Pour bébé, pour maman et aussi pour papa, qui est loin d’être le centre d’attention les premières semaines. Pourtant, il aurait bien besoin d’être entouré lui aussi, car l’arrivée de ce petit colis d’amour a véritablement chamboulé sa vie d’homme.

Des angoisses apparaissent, liées parfois à un trouble du sommeil, un manque d’entrain, une incapacité à faire des choses simples avec bébé. Si c’est le cas, il ne faut pas hésiter à en parler. Même les papas (presque) parfaits peuvent avoir des moments de doute.

 

Il est bon de se poser des questions

Thomas a commencé à avoir des démangeaisons quelques semaines avant la naissance de sa fille. « Je me suis dit un jour que notre voiture et notre appartement n’étaient pas assez bien pour accueillir un enfant. Je me demandais si, avec mon poste actuel, j’allais pouvoir offrir tout ce qu’il fallait à notre bébé. Je n’en parlais pas. Je ne voulais pas stresser ma compagne. Après la naissance, les angoisses ne se sont pas envolées. Plutôt que d’en parler, j’ai essayé de faire comme si elles n’existaient pas. C’était une grave erreur. »

Vais-je être un bon père ? Serais-je assez fort pour prendre soin de toute ma famille ? Juliette et moi, ça va être comme avant ou pas ? Autant de questions qui peuvent freiner un jeune papa dans son épanouissement.

 

Jules devient chef de famille

Si, au boulot, beaucoup de vos collègues sont un peu comme Iznogoud face au boss, dans la vie de tous les jours, il n’est pas toujours facile d’assumer le rôle de chef. Rassurez-vous, on ne vous demande pas de prendre la succession de Don Corleone. Ce bébé, vous l’avez fait à deux et l’assumerez à deux. Même si vous avez les épaules plus larges que celles de Juliette (sauf si, bien sûr, elle s’entraîne pour le 100m nage libre 5 fois par jour…), vous n’avez pas à porter le poids de cette nouvelle famille tout seul.

Pour l’instant, Juliette se remet de l’accouchement et prend ses marques avec bébé. Pourquoi ne pas vous confier à un ami qui a déjà des enfants, un collègue en qui vous avez confiance ? Dès que vous aurez commencé, vous verrez : la paternité deviendra vite le dernier sujet à la mode autour de la machine à café.

 

Pas de panique chez les papas !

« Mon mari était très heureux suite à l’annonce de ma grossesse, raconte Sihem. Il s’est montré très présent au fil des mois. Le jour de l’accouchement, il avait l’air ravi. Soudain, quand la sage-femme lui a demandé s’il voulait couper le cordon, il est devenu blanc et a refusé tout net. J’ai cru que c’était dû à l’émotion. A la maison, il était distant avec notre bébé. Il ne le prenait pas dans ses bras, ne lui faisait pas de câlins. Il n’a accepté de me parler de ses doutes que le soir où j’ai éclaté en sanglots devant lui. Je croyais qu’il ne nous aimait plus. Après ça, il est allé préparer le biberon pour me soulager. Le lendemain, je lui ai demandé de changer la couche de notre fille. Je suis restée avec lui. La semaine suivante, j’ai commencé à aller faire des courses quand il rentrait du travail. Cela le forçait à rester seul avec notre petite fille. Tout doucement, il a pris confiance en lui, il s’est rendu compte qu’il pouvait faire des choses simples avec elle… et s’en sortir très bien. Je crois que les papas ont besoin d’être valorisés par les mamans»

 

Un peu d’humour

Rien ne vous oblige à changer de goûts musicaux (voyez comme bébé se calme quand vous écoutez du blues), mais essayez d’apprivoiser vos angoisses. Apprendre à lâcher prise, ça n’est pas toujours évident mais, avec un peu d’humour, vous verrez que d’autres papas ont réussi. Alors, pourquoi pas vous ?

 

Voici des blogs de papas qui vont vous aider à faire de vous un vrai papa rock’n roll.

Je suis papa ! : http://www.je-suis-papa.com/
Papa poule : http://www.papapoule.net/

 

Le guide de survie du jeune papa

"Parce que c'est pas gagné d'avance, les mecs"
9,90€
ACHETER

Publier un commentaire

Haut de page