Tout sur les allergies respiratoires chez bébé

Date de publication : 14/03/2016 à 10:44

Maman vous aide à reconnaître les symptômes allergiques respiratoires et vous indique comment les traiter.

tout-sur-les-allergies-respiratoires-chez-bebe

A l'approche du printemps, votre bébé a le nez qui coule, les yeux qui piquent et éternue… Et s’il s’agissait de symptômes allergiques respiratoires ? Maman vous aide à les reconnaître et vous indique comment les traiter.

 

 

Des allergies de plus en plus fréquentes

Les allergies aux aéro-allergènes sont fréquentes. Le système immunitaire de bébé s’emballe face à certains éléments de son environnement et envoie une réponse en excès, l’histamine, dans le but de se défendre.

Les pollens, les acariens, les animaux à poils, les blattes ou encore les moisissures sont autant de causes. Sans oublier le tabagisme passif et la pollution. Comme de plus en plus d’enfants souffrent d’asthme, il est important de faire établir un diagnostic par votre pédiatre le plus rapidement possible si vous avez des doutes.

 

Ayez du nez

Les allergies respiratoires ne sont pas faciles à diagnostiquer entre les rhumes et autres joyeusetés que bébé ramène de la crèche. Comment, dès lors, reconnaître une rhinite allergique d’une autre infection ?

L’allergie saisonnière et respiratoire se distingue principalement par :

  • Des picotements dans la gorge ou le palais
  • Un nez et des yeux qui gratouillent
  • Une congestion nasale
  • Un écoulement nasal
  • Une toux persistante

(Non accompagnés de fièvre)

 

Quels sont les signaux qui doivent vous inciter à emmener bébé chez votre médecin ?

 

Une allergie peut-elle en cacher une autre ?

  • Un eczéma peut en effet être le signe précurseur d’une future allergie respiratoire.
  • Si une allergie au lait ou aux œufs est avérée chez le tout-petit, elle peut également induire une allergie respiratoire qui n’a pas encore été décelée.

 

Comment le soigner ?

Le diagnostic sera dans tous les cas établi par un allergologue qui pratiquera des tests cutanés sur bébé et dressera un bilan allergologique. En attendant, si vous avez des doutes, respectez quelques principes de précautions.

 

  • Evitez de mettre bébé en contact avec la source de son allergie. Eloignez les animaux et les plantes, ne le laissez pas ramper sur la moquette…
  • Ne donnez pas d’antihistaminique à votre bébé sans avis médical.
  • En cas de suspicion d’asthme et d’hyperréactivité bronchique, des radios viendront compléter le diagnostic. Un traitement antihistaminique sera mis en place.
  • Un traitement à base de corticoïdes à inhaler peut également être administré à bébé pour le soulager. Seuls les bébés les plus allergiques ont tendance à continuer à avoir de l’asthme en vieillissant. 
  • La désensibilisation, quant à elle, n'est proposée qu'aux enfants de plus de 5 ans. Bien souvent, il s’agit d’administrer des doses contrôlées de l’allergène par voie sublinguale pour que le corps de votre enfant apprenne à le tolérer. Le traitement dure plusieurs années mais donne de bons résultats.

 

 

 

Publier un commentaire

Haut de page